MESSAGERIE IMMEDIATE SECURISEE DE SANTE

Tout professionnel de santé rêve de pouvoir adresser un message à un correspondant pour

échanger rapidement sur le cas d’un patient (obtenir un avis consultatif, suivre son état de santé,etc.)

mais : il ne dispose pas de son numéro de téléphone portable, il ne sait pas comment le

joindre, il ne souhaite pas le déranger, l’échange de messages par SMS n’est pas sécurisé, etc…

L’ensemble des Unions Régionales des Professionnels de Santé libéraux du Nord-Pas de Calais (URPS),

associées à l’APICEM, ont développé une application la « Messagerie Immédiate Sécurisée de Santé

(MiSS) » réservée aux professionnels de santé et à tout abonné APICRYPT.

L’application MiSS est accessible sur smartphone et tablette. Les messages sont sécurisés via Apicrypt* et temporaires.

*Apicrypt est la messagerie médicale sécurisée permettant la mise en réseau de près de 60 000

professionnels de santé médicaux et paramédicaux.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site : www. apicrypt.org

Les URPS NPDC

1 Une MISS, c’est quoi ?

De la même manière que les médecins utilisent Apicrypt, une messagerie médicale sécurisée (internet), les Unions régionales des professionnels de santé (URPS) du Nord-Pas-de-Calais ont ressenti le besoin de créer une application pour smartphone et tablette. Une messagerie immédiate sécurisée qui va leur permettre d’échanger (y compris des photos) sur un patient, sans pour autant disposer du téléphone, portable ou fixe, de leur interlocuteur.

2 Dans quel but ?

L’union régionale des pharmaciens a lancé l’idée de cette nouvelle messagerie. « Quand on appelle un médecin, on a souvent le sentiment qu’on va le déranger s’il est en consultation», témoigne Jean-Marc Lebecque, de l’URPS des pharmaciens.

« Au départ, on partait sur une messagerie de type mail mais on avait besoin d’une réponse plus rapide, en temps réel », ajoute Marc Constant, vice-président de l’URPS Médecins. « Il est parfois compliqué d’avoir le confrère d’un centre hospitalier en ligne, de passer le barrage des secrétaires. Et les médecins des établissements de santé peuvent éprouver les mêmes difficultés à joindre un médecin traitant », complète le docteur Bertrand Demory, de l’URPS médecins. La MISS permettra à tous ses abonnés d’échanger même sans avoir le téléphone, fixe ou portable, du professionnel de santé recherché. « Et quand on recevra un appel via MISS, on saura tout de suite qu’il s’agit d’un professionnel de santé », ajoute Armand Devignes, de l’URPS infirmiers, lui aussi amené à échanger régulièrement par textos avec d’autres professionnels de santé. « On communique déjà entre nous, mais souvent uniquement avec des gens que l’on connaît déjà. Cela va élargir notre champ de communication », note encore Jean-Marc Lascar, de l’URPS kinés.

3 Comment ça va marcher ?

Une fois l’idée lancée, l’URPS médecins a lancé un appel d’offres pour dénicher l’entreprise capable de développer l’application souhaitée. Le choix s’est porté sur Inovelan, une entreprise de Saint-André qui travaille déjà sur des échanges sécurisés dans le domaine de la santé en partenariat avec l’Apicem, qui gère l’annuaire des professionnels de santé utilisant la messagerie sécurisée Apicrypt. « Pour les professionnels de santé utilisant déjà Apicrypt, l’abonnement à la MISS sera gratuit », indique le docteur Demory. Les autres, s’ils sont intéressés, devront payer 20 € par an.

L’application MISS sera lancée dès janvier prochain en Flandre intérieure, sur le bassin de vie armentiérois qui compte un millier de professionnels de santé.

Une première nationale
Avant de se lancer dans la concrétisation de cette nouvelle application, l’URPS médecins a fait une étude sur la MISS et « aucune application équivalente n’existe, c’est donc une première nationale », a souligné le docteur Demory, trésorier de l’URPS médecins du Nord-Pas-de-Calais. Après la période de test de trois mois, qui sera lancée dès janvier prochain sur le bassin de vie armentiérois, rien n’empêche donc que l’utilisation de cette messagerie fasse ensuite « tâche d’huile » au-delà des frontières de la région.

Tous les professionnels de santé réunis pour la présentation de la MISS ont par ailleurs salué la rapidité de réalisation de la messagerie : un an seulement entre le lancement de l’idée et la concrétisation.
Une zone «test» dans l’Armentiérois
La MISS va être testée durant trois mois, à partir de janvier, par les professionnels de santé du bassin de vie d’Armentières, qui va jusqu’à Bailleul. Pourquoi ce territoire-là ? «Je suis moi-même médecin à Armentières », sourit le docteur Demory.

Plus sérieusement, il ajoute que sur les 175 médecins recensés dans ce secteur, « 45 ont déjà participé à diverses expérimentations. Il y a ici un noyau de professionnels qui sont prêts à s’investir dans le test d’innovations… sans avoir forcément envie de jeter leur smartphone contre un mur ! », explique le trésorier de l’URPS médecins Nord-Pas-de-Calais.

4 Combien ça coûte ?

Forcément, il a bien fallu financer le développement de cette application : l’URPS médecins a avancé un premier versement de 15 083 euros, à charge pour les trois autres URPS (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et pharmaciens) de financer à la même hauteur.

Le déploiement généralisé de la MISS, en cas de test concluant, est prévu dans le courant de l’année 2016.

Les URPS NPDC